Aller au contenu
  • billets
    23
  • commentaires
    111
  • visualisations
    44 026

Coupable or not Coupable ?

Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans... En fait même bien plus... n'ont pas connu. Mais enfin, le drame est resté dans les esprits, vu que l'on peut dire que l'affaire a pesé dans la balance pour abolir la peine de mort.

Christian Ranucci, a été un des derniers exécutés en France. Il avait 22 ans lors de sa décapitation. C'est dire, si cela a marqué les esprits.

Condamné à mort pour avoir enlevé et tué une fillette de 8 ans : Marie Dolorès Rambla. A l'époque la peine de mort par décapitation était encore d'actualité. Quelques semaines après son arrestation, Patrick Henry faisait parler de lui pour le rapt et la mort du petit Philippe Bertrand, qui fera dire à Roger Giquel sa célèbre phrase : "La France a peur" ( Rappelons le, il s'agit d'un bout de phrase sorti de son contexte, mais c'est une autre histoire).

Deux ans après l'exécution de Christian Ranucci, Gilles Perrault a publié un livre qui est devenu célèbre : "Le pull over rouge" ... Livre, qui soit disant se base sur des témoignages, le résultat d'une enquête minutieuse, et veut amener le lecteur à la conclusion : "La France a exécuté un innocent" . Pour s'en convaincre, il suffit de lire la conclusion de Gilles Perrault à savoir :

"Je défie quiconque d'être convaincu, à la fin de la lecture de mon livre, de la culpabilité de Christian Ranucci"

Contrairement à ce qu'affirme Gilles Perrault, et après avoir lu à l'époque son livre, je n'étais pas si convaincue que cela. Peut-être parce que je n'arrivais pas à imaginer que les policiers, les juges et les jurés puissent avoir été autant aveuglés et laisser exécuter un innocent. Mais pourquoi pas après tout ? Les phénomènes de groupe sont aussi la réalité.

Dernièrement, au hasard d'une soumission sur mon site, j'ai découvert : Autopsie d'une imposture - Affaire Ranucci de Gérard Bouladou.

Bien évidement, le thème m'a interpelé, et après quelques échanges, j'ai reçu le livre dédicacé de la main de l'auteur. Il m'arrive que, par sympathie, les auteurs m'envoient leur ouvrage. Et au passage je remercie encore une fois Gérard Bouladou pour son attention. Toutefois, comme c'est une affaire qui je dirais : "A bercé mon enfance" :blush: ... Bref, je l'ai vécue non seulement parce qu'elle défrayé la chronique mais surtout parce que cela c'est passé pas très loin de l'endroit où j'habitais à l'époque... J'ai lu le livre... Et j'ai trouvé les réponses à beaucoup de mes questions qui restaient ouvertes jusqu'à ce jour.

Se basant sur les PV d'audition, sur les témoignages des protagonistes, on peut mieux comprendre ce qui a amené des jurés à prendre une décision difficile : "Condamner à mort". Le doute n'est plus permis, il était coupable.

Si le but de Gilles Perrault de parvenir à l'abolition de la peine de mort : Soit, son combat était louable, et il a réussi. De quel droit pourrait on exécuter quelqu'un sous prétexte que ce qu'on lui reproche est d'avoir tué ??? Mais nier la responsabilité d'un acte horrible, à savoir l'assassinat d'une petite fille (dans ce cas), cela n'est pas respecter la douleur d'une famille, mais c'est surtout nier la réalité des faits.

Gérad Bouladou ne prend parti de rien ni de personne. Il ne se base que sur du concret, des faits... A chacun le loisir de se faire son intime conviction. C'est ce que j'ai apprécié dans cet ouvrage.

Pour les âmes sensibles : Évitez de lire la dernière annexe qui relate l'exécution. Même si les termes sont édulcorés, c'est suffisamment explicite que pour ne pas y être insensible. Mais ce ne sont que quelques pages.

Pour ceux à qui Christian Ranucci dit encore quelque chose, je vous invite à lire ce livre. Que vous pouvez vous procurer via le site de l'auteur et même lui demander une dédicace ;) .

Bonne lecture !



6 Commentaires


Commentaires recommandés

@Captain torche : Le sujet n'est pas tant : "Fallait-il ou non abolir la peine de mort", mais surtout l'impact d'un livre tel que le Pull over rouge qui a fait croire à l'erreur judiciaire, alors que lorsqu'on se penche sur le dossier tel que l'a fait Gérard Bouladou, et retranscrit dans : "Autopsie d'une imposture : Affaire Ranucci" tu ne peux qu'arriver qu'à la conclusion : "Ben oui, pas d'erreur là dessus... C'est bien lui qui l'a tuée.

Le drame est qu'au lieu de dire : "C'est un coup de folie, je regrette" il a voulu se positionner en martyre et dire : "Non, non c'est pas moi". Dans le premier cas il aurait sauvé sa tête.

@Nicolas : Normal, tu n'étais pas né à l'époque :P ... Même si tu n'es pas aussi jeune qu'on pourrait le croire :hypocrite: Mais enfin, régulièrement on en parle à la TV.

Quoique tu n'étais pas né non plus lors du tremblement de terre de Lambesc en 1909 ??? Pourtant tu es au courant non ???

Pour ta culture personnelle j'espère que tu as commandé le livre, parce que le mien il sort pas de la maison. Les dédicacés c'est précieux !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Tu m'as fait connaître l'histoire Arlette, car je n'avais jamais entendu parler de ça...

A vrai dire je pensais que la peine de mort été bien loin derrière nous, mais 1976 me parait très récent.

J'ai regardé quelques journaux télévisés de l'époque sur le site de l'INA pour me faire une idée de l'ambiance et de l'opinion à l'époque, ça m'a permis d'en apprendre un peu plus.

http://www.ina.fr/re...nucci&vue=Video

Je vais voir si je peux me procurer "Le pull over rouge" avant de commencer la lecture de "Autopsie d'une imposture - Affaire Ranucci" pour quand même voir bien le contraste.

Affaire... à suivre !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×