Jump to content

Bruno Gonzalvez

Actif
  • Content Count

    26
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutre

About Bruno Gonzalvez

  • Birthday 09/05/1970

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.egoprod.com

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Société
    EgoProd
  1. Bonjour Le taux de croissance d'une activité, qu'elle soit en ligne ou pas, varie énormément d'un cas sur l'autre. Ca va dépendre non seulement du marché, mais aussi de la personnalité de l'entrepreneur, du moment, de la chance aussi parfois... Cependant, si je devais me baser sur quelque chose, je pense que je partirais du constat selon lequel 1 entreprise sur 2 ne survit pas à sa 3e année d'existence. Ce qui sous-entendrait qu'elles ne sont pas parvenues à la rentabilité nécessaire à leur survie. Je raccourcis un peu mais on peut en déduire qu'une entreprise atteint son rendement optim
  2. Bonjour Etant donné qu'on a fait un peu remonter la discussion, très intéressante au demeurant, je vais en profiter pour rebondir sur la question des tarifs (entre autres). C'est sûr que ceux qui travaillent "hors cadre" n'ont pas énormément de questions à se poser quant aux tarifs à pratiquer. Et le problème c'est que les clients potentiels le savent, donc ils n'hésitent pas à faire baisser le gars en face, qui de toute façon baissera au final pour avoir le boulot. Un minimum de pédagogie est donc déjà nécessaire auprès de la clientèle, mais ça c'est une autre histoire sur laquelle je r
  3. Bah, le meilleur Redac'chef du web francophone ne pouvait prétendre à moins que ça Bruno
  4. Là, je ne suis pas d'accord. Cette remarque s'applique davantage au .net, voire au .org ou .biz. Le .fr, quant à lui, correspond (encore !) à une frange bien précise de sites, et bien souvent celui qui a le .fr a aussi le .com. Mais c'est vrai que ça tend à s'estomper en raison des récents assouplissements pour l'attribution de ce tld. Là, en revanche, je suis entièrement d'accord. La chasse assourdissante aux mots génériques de ces derniers mois me semble refléter plus un effet de mode qu'une réelle nécessité commerciale. Les internautes ne tapent jamais "vente-de-maisons.com" dans la zone
  5. D'une manière générale, il est interdit de réserver un nom de domaine faisant référence à une marque, une désignation sociale ou un nom privé ne vous appartenant pas.
  6. Il faut peut-être aussi prendre en compte le fait que le client lambda ne fera pas de différence entre le site mal codé auquel il accède pourtant sans problème depuis son navigateur favori et le même site développé dans les règles, en suivant toutes les recommandations en usages, accessible depuis n'importe quelle plate-forme. Et ce qu'il ne voit pas, le client a tendance à ne pas vouloir le payer... "Il marche déjà comme ça mon site ? Bon, alors pourquoi je devrais payer des caisses pour le même résultat au final ?" Ce n'est surement pas la seule raison, bien sûr, mais ce ne doit pas
  7. J'ignore de quel site il s'agit, l'URL ayant été supprimée, mais je sais qu'il arrive parfois que certains affiliés créent une redirection vers le site de référence en ajoutant leur numéro de parrainage dans la ligne d'adresse... Peut être que, si vous avez des affiliés, vous devriez rechercher de ce côté...
  8. D'accord avec TheRec. Et le terme "crédibilité" me semble plus en phase avec les enjeux de la chose. Et comme il le dit si bien, le terme "standard" est lui aussi un abus de langage puisqu'il s'agit surtout de recommandations. Un standard, c'est plus quelque chose qui a fait ses preuves et qui a généralement un peu de bouteille. Alors que là, on nous parle de "nouveaux standards" à propos de bidules dont certains sont si récents qu'ils ne sont même pas encore pris en charge par les navigateurs. Mais, je le répète, on en fera pas aller les clients plus vite que la musique, même si je suis
  9. Ben, ce n'est pas très loin de ce que je disais, dans le sens où ces boites ne cherchent pas à aller plus loin que l'évidence. IE est le navigateur le plus utilisé en ce moment ? Alors pourquoi se casser la tête à gérer les particularités des outsiders ? Comme je le disais, il ne faut pas se leurrer non plus, ça va changer. Dès que IE ne sera plus leader (et on n'en est plus très loin), il faudra bien que certains "professionnels" du web abandonnent enfin leur Frontpage favori Mais de là à dire qu'ils ne sont pas respectables juste parce que qu'ils se contentent de donner le minimum syn
  10. Légalement un site web est encore considéré comme du logiciel (fiscalement aussi d'ailleur). Donc, d'une manière générale, je serais tenté de dire qu'il s'agit de dépenses incorporelles. Mais comme on vous l'a conseillé plus haut, demandez plutôt à un expert qui connait le dossier de votre client, la nature exacte de ce qu'il a payé, etc.
  11. Très souvent, il arrive qu'un créateur d'entreprise ait à accomplir certaines formalités ou bien doive procéder à des dépenses AVANT la constitution effective de sa société (même si elle est souvent constituée de longue date dans sa tête ). A ce titre, le législateur a prévu ce qu'on appelle "l'Etat des Actes accomplis pour le compte de la Société en Formation", c'est à dire un document listant tout ce qu'il a été nécessaire de faire ou de payer avant que la société ne voie le jour officiellement (loyers, achat de matériel, publicité... site web). Une fois l'entreprise inscrite au registre
  12. En effet, il faudrait déjà déterminer dans quelle mesure un site internet pourrait être assimilé à un fonds de commerce. Si mes souvenirs de Droit Commercial ne sont pas trop moisis, un fonds de commerce est caractérisé par un certain nombre d'éléments incorporels (comme la clientèle et l'achalandage, le nom commercial, les marques, les licences, la propriété littéraire et artistique....) et corporels (matériel, mobilier, outillage, agencements...). S'il est aisé de retrouver certains éléments incorporels dans un site web (clientèle, statistiques de visites, nom de domaine, licence...)
  13. Selon mon opinion (et c'est tout ce que ça doit être, juste le reflet de mon opinion...) les clients sérieux, sous-entendez les grosses machines de guerre commerciale qui ont des budgets communication annuels, ne cherchent pas les standards innovants. Au contraire, ils cherchent à minimiser les risques en privilégiant les "trucs" qui ont fait leurs preuves, dont on sait que ça a pu marcher à une époque et que ça marche toujours sur la plupart des navigateurs (même si c'est devenu obsolète) et sur lesquels on a un historique. Alors le nouveau-tout-beau, ce sera bien dans 2 ou 3 ans, quand le
  14. Bonjour, Il s'agit sans nul doute d'une référence au statut des noms de domaine, lesquels sont vérouillés afin d'éviter tout transfert "non désiré". Si vous souhaitez transférer les noms à l'attention d'un tiers (en cas de vente par exemple), il vous faudra déverrouiller les domaines. En général, une fonctionnalité de votre interface d'administration de domaine, chez le registrar, vous permet ça. Seul souci, seul le propriétaire du domaine peut procéder à cette modification. Et s'il s'avère que ce n'est pas votre nom qui est indiqué en contact propriétaire... Demandez donc à votre hé
  15. Bonjour N'oubliez pas que la DDTFP va certainement vous demander de venir en personne "soutenir" votre dossier auprès de l'agent en charge de votre demande. En gros, ça ressemble un peu à une interview où vous devez reprendre les points forts de votre dossier et argumenter dessus pour "montrer votre détermination et le sérieux de votre démarche" Enfin, c'est comme ça qu'ils le présentent, mais je doute que les agents qui vous reçoivent soient compétents pour apprécier les subtilités propres à chaque projet, qui plus est dans des domaines d'activités aussi différents dans la même journée
×
×
  • Create New...