Jump to content

binarygirl

Webmaster Régulier
  • Content Count

    85
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutre
  1. Est-ce que vous avez bien mis session_start(); au début de chaque page qui fait appel aux variables de session ?
  2. Il faudrait faire afficher avec echo le code SQL qui est exécuté. Ma petite idée est qu'il y a des apostrophes dans le texte que vous essayez de sauver, et votre code ne semble pas gérer cela. Du coup, le code SQL est peut être 'brisé' car mal délimité et ne s'exécute pas.
  3. Je crois que ça pourrait être le byte order mark. Quand on sauve du texte en Unicode certains éditeurs ajoutent un caractère spécial en début de fichier, qui peut être difficile à éradiquer. Il faut alors utiliser un autre éditeur et de nouveau sauver en Unicode.
  4. En gros les moteurs de recherche ont tendance à donner plus de pertinence aux sites: - dont l'extension du nom de domaine correspond au marché recherché (par ex .fr pour la France) - dont l'adresse IP correspond au marché recherché Ca peut éventuellement donner un bonus en terme de référencement, mais c'est un facteur parmi d'autres, ça ne vous empêche pas de figurer en bonne place dans les moteurs de recherche, ce qui semble être le cas. A moins que vous ne visiez spécifiquement un pays (la France) comme public et non le monde en général, je ne pense pas que ça vaut la peine.
  5. Il faudrait vérifier dans le firewall via plesk s'il n'y a pas d'autres règles de filtrage qui prennent la priorité par rapport à celle que vous avez définie (éventuellement faire "monter" votre règle au-dessus des autres)
  6. Je crois que SETOPT_MUTE correspond à CURLOPT_MUTE ? Je ne sais pas très bien à quoi ça sert, mais apparemment ce n'est plus supporté dans les nouvelles version de Curl. En tous les cas il serait indiqué d'utiliser la directive CURLOPT_USERAGENT pour se faire passer pour un navigateur quelconque.
  7. 1. Lancer la requête directement dans phpMyAdmin et voir si il y a un message d'erreur 2. Si le champ sequence est défini en auto_increment il n'est pas nécessaire d'attribuer une valeur manuellement, mysql le fera et ce champ peut donc être omis de la requête
  8. Dans le href il faudrait plutôt mettre qq chose du style: file://localhost/c:/Program%20Files/... (chemin complet vers l'exécutable) Evidemment ça risque de ne pas marcher chez tout le monde, et les emplacements ne sont pas les mêmes sur toutes les machines. J'admets que c'est un peu baroque
  9. - est-il possible de "sortir" de la demande de mot de passe pour les pages réservées au bout de 2 ou 3 tentatives? => normalement non Les navigateurs ont en général tous le même comportement avec l'authentification HTTP: tant que la saisie est incorrecte le popup revient jusqu'à ce qu'on utilise la touche Esc ou le bouton Cancel - comment gérer les homonymes ? par exemple Dupont Pierre et Dupont Jean => je suppose que vous parlez du nom d'utilisateur qui sera attribué ? Il vaudrait mieux utiliser des pseudos en un seul mot, sans espaces ou accents, un peu comme sur ce forum, pour faciliter la vie aux utilisateurs et éviter la confusion.
  10. Personnellement je n'aime pas les noms avec des tirets. Une des raisons est qu'ils qu'ils font "rallonge" et ne sont pas intuitifs à taper pour l'internaute. Même si vous êtes dans une optique de référencement pur ça n'exclut pas que le nom puisse avoir une certaine notoriété avec le temps. Si vous êtes dans un créneau commercial, faites de la pub, il y aura un certain pourcentage de type-in, càd de visiteurs qui taperont le nom comme ils le lisent (ou l'entendent). Donc je privilégierais: 1/ www.cueillirdespommes.com Pour ce qui est de l'aspect visuel, oui les tirets séparent mieux les mots mais on peut arranger cela en utilisant les capitales au début de chaque mot: CueillirDesPommes.com Je pense que tout en gardant le référencement présent à l'esprit, il faut écrire le contenu pour les internautes et pas pour Google, et le nom de domaine devrait lui aussi s'adresser aux internautes avant les moteurs de recherche. Si c'est pour usage commercial à mon avis c'est une erreur d'utiliser un nom avec tiret et de laisser la version sans tiret libre pour que la concurrence le prenne et l'utilise à votre place. Eventuellement prendre les deux, utiliser la version avec tiret pour le référencement et faire une redirection. En final n'importe quel nom peut être référencé mais quand même c'est le contenu qui est primordial. Question subsidiaire pour les référenceurs pros: n'y a-t'il pas un risque que le nom soit pénalisé/bridé par les moteurs de recherche s'il comporte trop de mots-clef, et donc de tirets...
  11. Oui Thick je vous mets dans le même panier que le domaining, d'ailleurs le site qui figure dans votre signature utilise aussi Adsense. Nous mangeons donc dans la même assiette, càd le feed de Google qui vous fait vomir. Si vous estimez que faire de l'argent grâce à la pub en ligne est illégitime, alors vous devriez retirer tous vos liens Adsense. Là où votre raisonnement est faussé c'est que vous estimez que votre site développé est plus 'noble' qu'une page parquée par exemple. Je vous fais remarquer néanmoins que de plus en plus les noms parqués évoluent vers des mini-sites avec du contenu. Deuxièmement je suis aussi webmaster et je développe des noms. Mais comme ça prend du temps j'estime être en droit de parquer le nom plutôt que le laisser moisir. Par ailleurs, j'ai été voir votre site, je n'ai rien trouvé qui m'intéressait personnellement et j'ai donc passé mon chemin (et je n'ai pas cliqué sur les liens sponsorisés non plus). C'est pareil avec une page parquée, si les pubs n'intéressent pas l'internaute il passe son chemin. Bref, vous vous faites vraiment une idée très élevée de vous-même et de la qualité de votre contenu pour porter un jugement moral sur mon activité. Vous devez accepter de concevoir que pour certains visiteurs votre site sera aussi inintéressant qu'une page parquée, malgré vos efforts et la qualité de votre contenu. Mon truc à moi: je suis jalouse des gens qui peuvent investir en bourse ou dans l'immobilier, moi je n'ai pas les moyens. Ce n'est pas pour autant que je m'en prends à ceux qui en ont les moyens. Alors j'investis dans les noms de domaine, qui entre parenthèses sont un investissement accessible à tous, y compris aux moins nantis. Sous cet angle ça me paraît plus moral que les investissements réservés aux riches. Quand vous enregistrez un nom de domaine ne me dites pas que vous êtes assailli de scrupules en pensant qu'il a peut-être appartenu à quelqu'un dans le passé, ou que vous avez peur de "léser" quelqu'un en aurait soit-disant plus besoin que vous. Je connais beaucoup d'entreprises qui ont des noms de qualité qui ne sont même pas utilisés... mais quand c'est un particulier qui détient des noms de qualité et les utilise c'est mal paraît-il ? Faudrait qu'on m'explique. Je ne dis pas que vous devez aimer le domaining, mais vous devriez un peu ajuster votre perception des choses. Les domainers ne sont pas si différents des gens qui vivent de leurs sites.
  12. Thick, pour votre info j'ai des noms où le taux de conversion (clics) atteint 50%… ça signifie bien que les liens sont pertinents. Concernant le deuxième point, quand vous dites "que les internautes sont assez matures pour cliquer directement sur le site qui les intéressent plutôt que de passer par un relais absolument inutile, sauf pour son propriétaire", vous perdez de vue que les internautes arrivent sur un nom de domaine pour diverses raisons, soit ils l'ont tapé directement, ou bien ils ont suivi un lien. Je pense que tout le monde a dû un jour tomber sur une page parquée, ça ne vous est jamais arrivé ? 3ème point: Pour l'annonceur oui c'est intéressant, la publicité en ligne est en croissance par rapport aux media conventionnels. Les pages parquées font appel à des liens publicitaires fournis par google, yahoo etc. C'est ce qu'on appelle le 'feed', et ça alimente aussi les liens adsense, c'est la même chose en fait. 4ème point: je ne crois pas que vous avez le droit de dire que cette activité est à vomir. Parce que selon votre raisonnement tous ceux qui font de l'argent avec leur site devraient avoir honte, de même que ceux qui ont adsense sur leurs pages (ce qui comprend webmaster-hub, vous n'allez pas vous faire que des amis). A mon avis vous avez une image tronquée de la chose, d'ailleurs la presse généraliste confond couramment domaining et cybersquatting qui sont deux choses différentes, le domaining étant légitime et le cybersquatting pas. Mais peut-être que vous ne voyez pas la différence.
  13. Peut-être. Mais la rareté en soi ne suffit pas. Ceci dit les 3 lettres me semblent être un bon investissement en .fr et dans les extensions des pays développés, parce que les acronymes peuvent intéresser plus d'une société. L'exemple que vous citez: éî.com ça vaut zéro. Ce n'est pas un vrai mot, juste deux caractères juxtaposés. Comme simple acronyme, je n'y crois guère. Les IDNS sont très spéculatifs. Comme centreurope.org, je pense que ça peut être l'avenir pour des mots chinois, russes etc. Pour les Chinois ou les Japonais ce n'est pas évident de taper des caractères latins dans leur barre de navigation, d'ailleurs leur manière de naviguer est différente de la nôtre. Pour eux les IDNs ont du sens. Les Français utilisent des caractères latins et le fait de ne pas taper les accents n'est pas pénalisant. Donc les IDNs francophones je suis sceptique. Oui évidemment que c'est pas représentatif. Cela montre juste que quand l'acheteur est motivé et a les moyens the sky is the limit Pour aller dans le sens de la mise en garde, j'ajouterais que si chaque semaine des noms se vendent pour des montants à 5 voire 6 chiffres, cela représente très peu vis-à-vis de la quantité de nom existants (près de 70 millions rien qu'en .com). Même si c'est la partie émergée de l'iceberg, la plupart des ventes n'étant pas rendues publiques. Clairement le propriétaire de vizzavi avait plus de chance de gagner au loto que de vendre ce nom pour un tel montant. Les noms génériques sont en revanche beaucoup plus faciles à vendre.
  14. 3 lettres en .com: min. $5000 pour des "mauvaises" lettres (ex: qhk). Ca peut aller à plus de $100 000, en particulier si c'est un mot du dictionnaire (ex: sex.com). 4 lettres en .com: ça va de reg fee (prix d'achat soit moins de $10), à plus de $1000 si c'est prononçable (mix de consonnes et voyelles) Exemple: un nom comme dofa.com se vendrait aujourd'hui pour un peu plus de $1000. Si c'est qnrk.com probablement entre $25 et $50. Si c'est un mot du dictionnaire ça vaudra plus évidemment (exemple: immo). Clairement les noms à 3 lettres ont plus de valeur en tant qu'acronymes que les 4 lettres. En général il peut y avoir plus d'une société qui voudrait mettre la main sur son acronyme en .com, et il n'y a que 17576 combinaisons possibles. Le potentiel de vente est donc très bon. Ces noms ont pris beaucoup de valeur et sont très prisés des domainers. Pour ce qui est de .fr un LLL (3 lettres) peut se vendre à moins de 1000 euros, parfois plus. On n'a pas assez de recul je crois et avec les restrictions (en particulier par le passé), ces noms sont plus difficiles à vendre car tout le monde ne peut pas les acheter. Pour ce qui est des 5 lettres et 6 lettres un nom sympa et prononçable peut être utilisé pour créer un nom de marque (ex: yahoo, google, areva). Le potentiel de vente est assez variable, ça dépend de l'attrait du nom et de la motivation de l'acheteur ainsi que de ses capacités financières Si j'ai bonne mémoire Vivendi a racheté vizzavi.com pour 3.4 millions € en 2000...
  15. Vous avez ceci dans votre section <head> ? <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=utf-8" />
×
×
  • Create New...