Comment choisir son référenceur ?

Permière étape demander des devis. Oui, mais lorsque vous n’êtes pas un habitué des forums, pas spécialiste de l’Internet, et que vous avez devant vous une gamme de devis dont les prix varient de : 100 € à 10 000 € il est difficile de comparer ce qui est comparable et de faire votre choix. Aussi, j’ai demandé à deux professionnels de vous donner des pistes pour vous aider 😉

J’ai demandé à deux référenceurs de répondre aux questions que peut se poser une personne qui ne connait pas particulièrement les techniques de référencement, et qui se trouve devant la nécessité de faire appel à un référenceur. Sébastien Roche (alias InciteWeb) et Patrick Ligeron (alias Patrick), ont bien voulu se prêter au jeu. Chacun a répondu de son côté, sans connaitre les réponses de son collègue. Vous pourrez constater que les réponses sont similaires, ce qui tend à prouver qu’il y a bien une ligne directrice qui se dégage, et que les conseils prodigués sont valables.

Arlette : Le référencement c’est quoi ?

Patrick Ligeron : Le référencement est l’action de soumettre un site à indexation dans un outil de recherche. Par extension et usage, le mot « référencement » englobe aujourd’hui un ensemble d’actions (optimisations, soumissions et suivi des résultats principalement) et comporte une notion de positionnement dans les moteurs de recherche sur des requêtes données.

Arlette : Dois-je fournir un cahier des charges pour demander un devis ?

  • Sébastien Roche : Pas nécessairement mais c’est recommandé dans la mesure ou le devis sera établi en fonction des objectifs souhaités : augmentation de trafic, ciblage d’une catégorie de visiteurs, gain de parts de marché…
  • Patrick Ligeron : Pas nécessairement. Je dirais que fixer des objectifs à atteindre (en trafic, positionnement, etc) au référenceur est largement suffisant. Après il appartient au professionnel de proposer une stratégie de référencement en fonction de différents critères comme le codage du site à référencer, le contenu du site à référencer (textes, médias), les objectifs fixés par le prospect et le budget du prospect. Le référenceur a un devoir de conseil vis à vis de son client et il est tout à fait légitime de conseiller le client au mieux de ses intérêts.


Arlette : Si oui, que dois-je mettre puisque je ne connais pas le travail d’un référenceur ?

  • Sébastien Roche : Principalement le but recherché : faire connaitre la société/marque/établissement grâce au site, obtenir plus de visites (donc des prospects/clients), plus de commandes dans le cas d’une boutique en ligne, flatter son égo
  • Patrick Ligeron : Quels objectifs fixer à son référenceur ? Par exemple une hausse de trafic, une meilleure qualité du trafic (trafic ciblé ou trafic qualifié) c’est à dire des visiteurs réellement intéressés par le contenu du site du client, un meilleur positionnement sur ses mots-clés, une présence dans les outils de recherche principaux, un retour sur investissement plus avantageux, une étude comportementale des visiteurs, des conseils marketing (lisibilité, menu, médias, …) etc


Arlette : Est-ce à moi de fournir la liste des mots-clés sur lesquels je souhaite être positionné, ou au professionnel de me le proposer en fonction de la thématique de mon site ?

  • Sébastien Roche : Les deux mon capitaine ! dans certains domaines spécifiques il est difficile de savoir pour un non-pro du secteur ce qui va positionner le site, n’étant pas connaisseur (domaines très techniques, santé …) on ne pourra savoir ce qu’un client potentiel cherchera.
    Au référenceur ensuite de trier et de guider en fonction des méthodes qui vont être utilisées.
  • Patrick Ligeron : Au deux ! Pourquoi ? Vous connaissez vos produits ou vos services ou votre secteur d’activité. Vous avez donc une approche dans le choix de vos mots-clés liée directement à votre activité. Le référenceur lui aura une approche plus globale et pourra vous suggérer des mots-clés réellement générateurs Fde trafic qualifié pour vos prestations, des mots-clés sur lesquels vous pourrez être bien positionné en fonction de la prestation choisie, etc. Le référenceur pourra aussi faire une étude auprès du public visé par vos prestations pour savoir quelles sont les requêtes qu’ils utiliseraient dans les moteurs de recherche s’ils devaient avoir besoin des prestations du client. Avec tout ça, le référenceur doit être capable de proposer des mots-clés extrêmement performants au client. Le choix définitif doit, à mon avis, rester du ressort du client en toute connaissance de cause.


Arlette : Est-il obligatoire de prévoir le positionnement des images de mon site ?

  • Sébastien Roche : il n’y a pas de positionnement à proprement parler ; à part mettre une balise ALT pour indiquer ce qu’elle représente (si elle est n’est pas affichée ou pour être lue par un synthétiseur vocal pour malvoyants)
  • Patrick Ligeron : Cela dépend du contenu du site. Pour les artistes, photographes, etc. qui exposent leurs oeuvres dans leur site, oui c’est indispensable de prévoir l’indexation des photos dans les outils spécialisés comme Google Image. Quand il s’agit d’images décoratives pour le site, c’est sans aucun intérêt.


Arlette : Comment trouver les coordonnées d’un référenceur ?

  • Sébastien Roche : Le bouche-à-oreille ! pour trouver les bons plans (entendez les sociétés sérieuses) et éviter les mauvais, Pages Jaunes (pour trouver une société proche de chez soi), annuaires spécialisés. Je trouve qu’il est important de rencontrer la personne et/ou le lieu : on appréhende mieux le milieu ou le secteur et une relation de confiance peut s’instaurer.
  • Patrick Ligeron : Le bouche à oreille et les moteurs de recherche Internet me semble être les meilleurs moyens.


Arlette : Comment déterminer si le professionnel est vraiment un professionnel ?

  • Sébastien Roche : Vérifier qu’il est bien immatriculé en société ou individuel, regarder ses réalisations, ses résultats sur des sites en production (pas des chiffres sur une plaquette en quadri papier glacé).
  • Patrick Ligeron : Tout site Internet doit se plier à la loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004. En conséquence, tout site de professionnel doit contenir des informations d’identifications (Dénomination sociale, numéro SIREN, adresse sociale, numéro de téléphone, nom du responsable d’édition, etc). Si ces éléments sont absents, le professionnel ne respecte pas la loi française, qu’en serat-il du respect de ses engagements vis à vis de vous ? A partir du numéro SIREN il est très facile d’obtenir gratuitement des informations sur la société en question. Ne pas hésiter à téléphoner et à demander à parler avec le responsable de l’édition pour en savoir plus sur la société.


Arlette : Un contrat de prestation de services est-il obligatoire ?

  • Sébastien Roche : Cela me parait indispensable afin de bien définir les objectifs à atteindre, les moyens mis en oeuvre, les tarifs et délais, en bref un résumé qui indique clairement les droits et devoirs de chaque partie.
  • Patrick : Obligatoire non, indispensable oui ! Ce contrat peut se présenter sous deux formes. Soit un contrat de référencement personnalisé pour chaque prestation, soit des conditions générales de vente souvent augmentées de conditions particulières pour chaque prestation. Un contrat est indispensable pour la protection du prestataire comme celle du client, les obligations et devoirs de tous sont ainsi clairement établis.


Arlette : Les informations sur la société doivent-elles être obligatoirement présentes sur le site ?

  • Sébastien Roche : Oui un décret du 21 juin 2004 ne fait que rappeller que la loi exige d’un professionnel qu’il indique sur son site internet son numéro d’inscription au RC avec la ville, ainsi que les informations permettant de le contacter, le nom du directeur de publication et les coordonnées de l’hébergeur. L’absence de ces informations indique déjà soit une méconnaissance des règles du net soit une volonté de « noyer le poisson »…
  • Patrick Ligeron : Oui, il s’agit de la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) de 2004.


Arlette : Le professionnel est-il dans l’obligation de me fournir des références sur des travaux déjà effectués ?

  • Sébastien Roche : Obligation non, mais il me semble que ça coule de source ? sinon il faut le croire sur parole et j’ai des doutes
  • Patrick Ligeron : Non ce n’est pas une obligaion. Mais s’agissant de prestation de service, un climat de confiance doit s’établir entre les parties. Le prestataire doit également démonter son savoir faire à son futur client, refuser de donner des références ou des résultats obtenus n’est pas idéal pour établir une relation de confiance.


Arlette : Si oui, comment puis-je voir que le travail effectué a porté ses fruits ?

  • Sébastien Roche : En se positionnant en un client/visiteur potentiel du site testé et donc faire une recherche comme habituellement
  • Patrick Ligeron : Soit en contactant directement les clients du prestataire (mais il n’est pas toujours simple d’avoir le bon interlocuteur et surtout celui-ci n’est peut-être pas très disponible) ou alors en faisant des recherches sur les moteurs et vérifier le positionnement actuel des sites des clients du prestataire


Arlette : Vaut-il mieux choisir un référenceur qui affiche des multi-nationales dans ses références plutôt que simplement des petits sites ?

  • Sébastien Roche : Peu importe, c’est le résultat qui compte ! attention à la facture aussi ! l’idée étant de choisir un professionnel qui a déjà des références de réussite dans le même secteur d’activité que soi.
  • Patrick Ligeron : Il vaut mieux choisir un référenceur dont la cible correspond à notre taille. Pour un grand compte, mieux vaut choisir un prestataire habitué à travailler avec les grands comptes et pour une TPE/PME mieux vaut choisir un prestataire habitué à travailler avec des PME. Rien n’empêche une TPE de traiter avec un grand compte et d’obtenir d’excellents résultats.

Arlette : Est-il plus judicieux de m’adresser à une société (avec beaucoup de personnel), ou un indépendant qui travaille tout seul ?

  • Sébastien Roche : Il n’y a pas de règle, une plus grosse structure est peut être un gage de stabilité (non pas de résultat), avec un indépendant vous êtes plus qu’un client, la prestation est plus personnalisée, idem les prix risquent de différer (grosse structure = salariés = locaux = charges etc)
  • Patrick Ligeron : Les résultats ne sont absolument pas liés à la taille du prestataire. Un indépendant pourra avoir d’aussi bons résultats qu’une multinationale spécialisée dans le référencement ! Les résultats obtenus par la prestation dépendront directement du professionnalisme de l’indépendant ou du chargé de projet dans la société.

Arlette : Si le référenceur me propose un travail sur 12 mois, cela veut-il dire qu’il n’est pas rapide ? A contrario d’un professionnel qui va me proposer sa prestation en sur une très courte durée.

  • Sébastien Roche : Non le temps et la patience sont nécessaires pour le référencement, attention aux promesses farfelues (n°1 en 1 semaine, fuyez !). Le temps nécessaire est différent selon chaque site, chaque secteur d’activité. 
  • Patrick Ligeron : Internet est tellement concurrentiel dans presque tous les domaines, qu’il est assez difficile d’obtenir de bons résultats fiables et pérennes en quelques semaines. Le plus gros de la prestation (audits, optimisations, soumissions) se fait généralement assez vite, de quelques jours à quelques semaines en fonction de la prestation et de la charge de travail du prestataire. Le reste du temps est consacré au suivi de la prestation. Ce suivi doit idéalment être composé de différents rapports réguliers (positionnement, présence, popularité, trafic, etc.) afin de mesurer la progression des résultats. Plus le secteur du site à référencer sera concurrentiel, généralement plus les résultats seront longs à obtenir en fonction de l’agressivité des concurrents dans le référencement de leur propre site. Des prestations de 12 voir 24 mois n’ont rien d’exceptionnel et constituent la norme.


Arlette : Entre un prestataire qui me garantit une première position sur les moteurs et un professionnel qui ne me garanti pas les résultats. Qui dois-je choisir ? : le premier ?

  • Sébastien Roche : Pas forcément : quel est le but recherché ? être 2ème derrière un site qui n’apporte rien ou n’est pas esthétique (ou les 2 !) c’est aussi une réussite…
  • Patrick : Sans aucun doute celui qui ne garantit pas les résultats ! Pourquoi ? tout simplement parce que les moteurs de recherche sont indépendants, et qu’aucun référenceur n’a le pouvoir d’influencer le classement des sites dans les résultats de recherche. Alors que promettre la première place sous entend une forme de contrôle des résultats des moteurs, ce qui est impossible. Fuyez ce genre de prestataire ! Ou alors il ne s’agit pas de référencement naturel, mais de positionnement publicitaire par achat de mots-clés aux enchères et ça vous coûtera de l’argent à chaque fois qu’un internaute cliquera sur votre lien. C’est une autre forme de promotion de votre site, mais en aucun cas du référencement naturel. Par ailleur un prestataire qui ne fournis aucune garantie ne doit pas être très sur de lui et personnellement ne m’inspirerait pas confiance. Entre des garanties improbables et aucune garantie, il y a de quoi faire

Arlette : Quelle est la différence entre : « Un consultant en référencement » , « Un expert en référencement », « Un référenceur » ?

  • Sébastien Roche : On peut distinguer des sociétés qui donnent des conseils pour le référencement (mots-clés, optimisation du site) et des sociétés qui l’effectuent. Après ce n’est que jouer sur le mots à mon avis…
  • Patrick : Des mots, rien que des mots ! Dans le cas de notre société de référencement ce n’est pas tout à fait vrai. Par exemple, chez nous, les référenceurs, experts et autres sont des techniciens référenceurs. Ces techniciens sont chargés d’effectuer les prestations de référencement commandées par nos clients. Ils ont aussi la responsabilité de rendre compte au client et de leur fournir les meilleurs conseils possibles. Nous avons aussi une consultante en référencement. Son travail est différent. Elle est chargée d’établir les stratégies de référencement les plus complexes mais son rôle est aussi de faire du conseil en entreprise en amont du référencement. Elle anime également nos formations en référencement.

Arlette : Le webmaster qui a réalisé mon site peut-il aussi le référencer ?

  • Sébastien Roche : Bien sûr ! je dirais même qu’il est favorisé puisque (normalement) il connait parfaitement le code source, et l’a sans doute optimisé en amont pour le référencement.
  • Patrick Ligeron : Oui absolument. Le référencement est ouvert à tous. C’est même un atout de passer par une société qui réalise les deux opérations. Les développeurs travailleront dès le début avec les référenceurs et le site n’en sera que plus facilement référençable.

Arlette : Pourquoi payer un professionnel quand on trouve sur Internet des sites qui proposent un référencement gratuit ?

  • Sébastien Roche : Est-ce que franchement on peut se poser la question ? personne ne travaille pour la gloire, soit le résultat est décevant soit cela cache autre chose…
  • Patrick Ligeron : Les référencements gratuits ne sont jamais réellement gratuits. Bien souvent il s’agit d’une opération marketing (parfois permanente) pour faire connaitre un produit ou un site. Maintenant pour 15000 euros vous avez une Renault Clio, pour 100 000 euros vous avez une porsche, pour 0 euro vous pensez avoir quoi ?

Arlette : Quelle différence y a t il entre le référencement naturel et le positionnement publicitaire ?

  • Sébastien Roche : Le prix ! le référencement naturel est issu de techniques d’écriture du site, de qualité de liens entre les sites. Le positionnement publicitaire garantit la position (souvent bien distinct des résultats obtenus naturellement). Ce n’est pas un gage de qualité puisque n’importe qui peut être 1er du moment qu’il en a les moyens !
  • Patrick Ligeron : Le référencement naturel consite à positionner au mieux un site sur des requêtes prédéfinies dans les moteurs de recherche. On appelle ça aussi le référencement organique. Le cout de la prestation est généralement fixé à l’avance une fois pour toute. Le positionnement publicitaire permet d’être en première page de résultat en quelques heures sur une sélection de mots-clés. Cependant, dès que les mots-clés sont concurrentiels, la position des annonces fonctionant selon un principe d’enchères par mot-clé, le coût de ce type de prestation peut devenir exorbitant en quelques jours seulement. Cependant il s’agit d’une excellente méthode pour faire connaitre des événementiels sur votre site (promotions ponctuelles, nouveaux produits, etc.)


Arlette : Ces deux techniques doivent-elles être clairement annoncées dans le devis ?

  • Sébastien Roche : Oui, elles n’ont rien à voir et les effets à long terme sont différents.
  • Patrick Ligeron : Oui absolument, le travail à faire, les coûts (fixe dans un cas, variables dans l’autre), les résultats sont rès différents. Il s’agit réellement de deux prestations totalement différentes.


Arlette : Dois-je exiger que les postionnements soient détaillés par pays ?

  • Sébastien Roche : Je ne suis pas spécialiste du référencement hors France, j’imagine que ça puisse changer fortement en fonction de la langue, donc peut être est-il judicieux de séparer les pays ?
  • Patrick Ligeron : Non par forcément. Mais plus les rapports de positionnement sont détaillés plus ils seront à même d’interprétations fiables pour connaitre les modifications à apporter à la prestation.


Arlette : La manière dont a été codé mon site est-elle importante dans le référencement ?

  • Sébastien Roche : Même si ce n’est pas obligatoire pour être référencé, cela reste important : avoir un site conforme aux standards recommandés, léger (donc rapide à afficher), sans mise en page douteuse est déjà un gage de sérieux. On peut imaginer le reste de la prestation si déjà le site en lui-même présente des anomalies de type basique…
  • Patrick Ligeron : Oui. Surtout lorqu’il s’agit de sites dynamiques. Il y a des erreurs à ne pas commettre car rédibitoire pour le référencement, par exemple la transmission des id de session par les urls.

Arlette : Si le référenceur me dit qu’il faut corriger des erreurs dans celui-ci, comment m’assurer qu’il me dit la vérité ?

  • Sébastien Roche : Si a priori il est honnête que l’on a confiance dans le prestataire que l’on a sélectionné (sinon : en changer !), c’est qu’il faut le faire… mais il y a des arnaqueurs partout ; si le site est récent et a été fait un pro, il ne devrait pas y avoir trop de choses à reprendre.
  • Patrick : Si la confiance n’est pas établie c’est que le choix du prestataire n’a peut-être pas été le bon. Sinon c’est assez simple, les moteurs de recherche en général et Google en particulier, donne des consignes aux webmasters pour développer des sites pour qu’ils soient en adéquation avec ses recommandations. Ces informations se trouvent à cette adresse et suivantes.


Arlette : Si la prestation proposée consiste dans la soumission de mon site dans quelques milliers d’annuaires est-ce suffisant ?

  • Sébastien Roche : Non, bien au contraire c’est peut être même l’effet inverse qui se produira : l’afflux massif de liens (plus ou moins douteux ou provenant d’annuaires inconnus ou quasi-vides) va paraître suspect pour un moteur qui risque de sanctionner. Même si dans un premier temps les liens sont pris en compte et améliorent le classement.
  • Patrick Ligeron : Non. Par ailleurs je dirais que ce type de prestation n’influence que très faiblement « en bien » le positionnement d’un site. Mais cela peut être une prestation complémentaire à un référencement naturel, à certaines conditions cependant.


Arlette : Puis-je faire appel à une société via Internet, sans rencontrer mon prestataire ou faut-il que je rencontre la personne et prenne du temps à discuter avec elle ?

  • Sébastien Roche : Je pense que les 2 méthodes peuvent être employées. Personnellement je rencontre toujours la personne car je fais plus du service « de proximité », qui est aussi un gage de confiance mutuelle : « on se connait, on se fait confiance »
  • Patrick Ligeron : Internet rapproche les personnes. Si les échanges via téléphone et emails sont concluants rencontrer son prestataire n’est pas indispensable. Cependant pour les projets très complexes, il est toujours préférable d’établir un solide contact humain, avec une charmante consultante en référencement par exemple


Arlette : Comment puis-je suivre le travail dans le temps ?

  • Sébastien Roche : En regardant par exemple de façon hebdomadaire ce que donnent les requêtes sélectionnées, sur différents moteurs.
  • Patrick Ligeron : La majorité des référenceur proposent un extranet client qui permet de suivre l’évolution de la prestation.


Arlette : Etre numéro 1 sur la requête du nom de site n’est-ce pas suffisant ?

  • Sébastien Roche : Si le nom du site ne contient pas les mots recherchés par les internautes, cela n’a aucun intérêt ! de toutes façons cette requête est quasiment toujours atteinte (surtout quand le domaine est spécifique)
  • Patrick Ligeron : Si vous vous appelez Coca-Cola ça peut être suffisant. Maintenant les internautes vous trouverons plus par votre activité que par votre nom de société ou le nom de votre site. A moins de faire un battage médiatique digne de Mistergooddeal sur le nom de votre site.


Arlette : Si j’ai un site qui fait 200 visiteurs par jour, de combien je peux augmenter (en moyenne) ce chiffre en faisant appel à un professionnel ?

  • Sébastien Roche : Je ne suis pas en mesure de quantifier cette donnée, surtout de manière générale.
  • Patrick Ligeron : C’est impossible à dire comme ça ! Si vous êtes sur une activité très porteuse et que votre site est invisible sur Internet avant la prestation, vous pouvez facilement passer de 200 à plusieurs milliers de visiteurs par jour après la prestation. Mais si vous êtes sur une activité de niche très pointue, si le nombre de visiteurs double cela sera déjà pas si mal.


Arlette : Dois-je suivre à la lettre les conseils prodigués par le professionnel ?

  • Sébastien Roche : Pourquoi choisir un professionnel pour ensuite ne pas tenir compte de ses conseils ? même si cela existe, ça parait contradictoire.
  • Patrick Ligeron : Oui. Maintenant si quelque chose vous choque, mieux vaut en parler avec votre prestataire et essayer de trouver une solution alternative. Pourquoi ? Bien souvent les garanties de résultats sont conditionnées au strict suivi des conseils prodigués par le professionnel.


Arlette : J’ai vu le site d’un référenceur qui propose sa prestation basée sur des pages satellites. Or, d’après mes lectures il semble que c’est une technique réprouvée par les moteurs. Comment puis-je savoir (si je ne suis pas lecteur de forum de webmastering) que les techniques utilisées pour référencer mon site ne seront pas des techniques « hors charte des moteurs » ?

  • Patrick Ligeron : Pour cela il faut consulter les recommandations faites au webmaster par les moteurs de recherche. Par exemple, pour Google et les pages satellites .


Arlette : J’ai lu sur un site de référenceur : « Positionnement vertical » et « Positionnement horizontal »… Qu’elle est la différence entre les deux ?

  • Sébastien Roche : Basiquement, le positionnement horizontal représente les résultats naturels des recherches : on est classés parmi les autres selon la pertinence du CONTENU du site par rapport à la requête demandé. Le positionnement vertical est fonction de mots-clés choisis, affichage au milieu des autres résultats commerciaux, avec un paiement : le prix proposé pour chaque clic détermine la hauteur du lien. Nul besoin d’avoir un site avec du contenu pour y apparaître.
  • Patrick Ligeron : Je crois qu’il s’agit de ce que j’appelle le virus du référenceur ! En effet bon nombre de pseudo-référenceurs se cachent derrière des mots techniques (souvent mal employés d’ailleurs) pour se faire mousser en inventant leur propre termes pour tromper les futurs clients. Il commence à y avoir des jurisprudences sur le métier de référenceur, pas encore assez à mon gout, mais dans les années à venir la jurisprudence va se renforcer et elle contribuera à assainir la profession et ces charlatans finiront par disparaitre pour le bien de tous.

Arlette : Interrogé sur la différence, le responsable du site me garantit que le « Positionnement vertical » ne consiste pas en des liens sponsorisés, est-ce possible ?

  • Patrick Ligeron : En plus d’être de mauvaise foi, ce responsable est visiblement un spécialiste du jeu de mots.

Arlette : Puis-je exiger un paiement en fonction du résultat ?

  • Sébastien Roche : « Exiger » me parait un peu fort, personnellement je ne suis pas pour cette pratique (en référencement naturel, personne ne peut garantir le positionnement) même si certains peuvent le proposer. Libre à eux. En référencement payant, cela pourrait être envisageable.
  • Patrick Ligeron :Non en cas d’un référencement naturel. Pourquoi ? Tout simplement parce que les professionnels du référencement ont légalement une obligation de moyens et non une obligation de résultats. Cependant certains prestataires le font à titre commercial, souvent lorsqu’il s’agit de positionnement publicitaire.


Arlette : Puis-je exiger un paiement après « service fait » ?

  • Sébastien Roche : Au vu des durées nécessaires pour un bon référencement, je ne connais pas de professionnels qui le ferait (il faut pouvoir vivre pendant les mois qui vont s’écouler !)
    C’est comme si j’achète des graines, je les plante et puis je paierai quand la plante aura donné des fruits !! Le jardinier aura mis la clé sous la porte avant…
  • Patrick Ligeron :Oui, on peut toujours l’exiger, mais à mon avis peu de prestataires accepteront. Pourquoi ? Tout simplement pour des relatives petites sommes, une action judiciaire contre l’éventuel mauvais payeur coûterait beaucoup plus cher à l’entreprise (en temps principalement) que le montant à recouvrer.

Arlette : Un devis à 100 € peut-il me garantir les mêmes résultats qu’un devis 30 fois plus cher ?

  • Sébastien Roche : Comme pour tout achat, attention aux extrèmes ! le prix ne fait pas tout, l’idéal étant de bien regarder ce qui est proposé, promis, réalisé.
  • Patrick Ligeron : Oui sans problème, en positionnement publicitaire. Pour le référencement naturel cela me semble assez sujet à caution.


Arlette : Pouvez-vous me lister les principales qualités qu’un référenceur doit avoir ?

  • Sébastien Roche : Bien appréhender les demandes du client, le guider et l’orienter dans le cas où le référencement est opaque pour lui. Proposer la prestation qui convient, tout mettre en oeuvre pour y arriver en informant le client, bref un comportement professionnel à la hauteur des rémunérations demandées !
  • Patrick Ligeron : Etre professionnel, à l’écoute de ses clients. Il doit pouvoir se remettre en question ainsi que son travail, se tenir informé de l’actualité du référencement et d’Internet. Un bon référenceur doit aussi être patient et raisonnable. Mais il y en a tellement ..

Sébastien Roche : iNCiTE Web est une société spécialisée dans la réalisation de sites internet dynamiques en Bretagne (Lorient).
Chartes graphiques et sites web sur-mesure : sites vitrine de présentation, catalogues dynamiques avec interface simple et intuitive pour agences immobilières, marchands automobiles, bateaux, boutiques en ligne avec paiement sécurisé.
Contact : sebastien-At-inciteweb.com


Patrick Ligeron : Conseils en maitrise d’Ouvrage, Création, Hébergement, Référencement de sites Internet, Mesure d’audience et analyse comportementale des visiteurs sur les sites de nos clients. Nous dispensons également des formations de développement HTML, CSS, PHP ainsi que de référencement de sites Web.

 

Vous pouvez poser vos questions sur ce post