Xiti : Outil de mesure d’audience

Etre visible sur le web, d’où viennent les visiteurs, quelles pages visitent-ils, combien de temps passent-ils sur les pages, comment y sont-ils arrivés … Autant de questions que tout webmaster se pose. Pour cela, il existe des outils de statistiques divers et variés qui sont nécessaires aux gestionnaires de site.

Xiti est l’un des outils les plus connu en matière de statistique des pages web. Créé en 1996, la société compte actuellement plus de 330 000 sites inscrits parmi lesquels de grandes entreprises et institutions françaises.
Il existe deux possibilités : « La version gratuite » dite allégée principalement pour les webmasters de site gratuit ou personnel, et des  » versions payantes » via abonnement, qui donnent accès a des statistiques plus poussées.
Afin de connaître un peu mieux le système Mathieu Llorens répond à vos questions.


Webmaster-Hub : Mathieu Llorens pouvez-vous vous présenter à la communauté.

Mathieu Llorens : Bonjour à tous. Je suis directeur du développement pour At Internet. J’ai rejoint la société en 2000 pour le lancement de XiTi.

W. H. : Qui est le créateur de la société ?

M. L. : La société a été créée par mon père en janvier 1996.

W. H. : Comment lui est venu l’idée de mettre au service des webmasters cet outil de statistique ?

M. L. : At Internet a d’abord été une web agency, spécialisée dans la création de sites pour les Grands Crus Bordelais (la société est en effet basée à Bordeaux). Mais nous avons également toujours été intéressés par la problématique de création et d’analyse d’audience. At Internet a ainsi lancé le site Hit-Parade.com en 1997 qui fonctionnait déjà via la technologie du marqueur distant. Ce site fonctionne d’ailleurs toujours, il mesure et classe quotidiennement plus de 200 000 sites. En outre dès 98, les solutions d’analyses de logs commençaient à présenter de sérieux problèmes de fiabilité et d’exhaustivité. Elles étaient également beaucoup trop techniques, peu ergonomiques et finalement et peu adaptées aux besoins des webmasters. Forts de cette expérience des besoins du marché et de l’expertise technique du marqueur distant, Sébastien Carriot (notre directeur technique depuis le tout début), et mon père ont décidé de lancer XiTi en 99.

W. H. : Qu’elles sont les différences entre « Outil gratuit » et la version payante ?

M. L. : L’outil gratuit est une introduction à l’analyse web, il offre des fonctionnalités plus limitées que les versions payantes et ne nécessite aucune compétence en termes d’installation. Il s’adresse principalement aux sites amateurs ou aux sites ne nécessitant pas d’analyses comportementales très élaborées. La version payante est une solution d’aide à la décision, aujourd’hui en temps réel, qui permet de piloter toutes les dimensions d’un site web ou mobile (acquisition d’audience, fidélisation, ergonomie, monitoring technique etc.).

W. H. : Combien comptez-vous de clients pour la version gratuite et payante ?

M. L. : 330 000 utilisateurs de la version gratuite, 3 300 clients payants.

W. H. : Quel volume de données possédez-vous actuellement ?

M. L. : Nous ne possédons pas de données, elles appartiennent à nos clients. Aujourd’hui cela représente environ 16 milliards de pages par mois à analyser et environ 20To stockés en bases de données, mais la croissance est forte depuis 18 mois et nous devrions atteindre les 20 milliards dans très peu de temps.

W. H. : De quelle manière sont générées les statistiques ? Sur combien de serveurs ?

M. L. : Là il faudrait quelques dizaines de pages, et je crois que mon directeur technique ne serait pas très heureux que je détaille le tout. Mais je peux vous dire que nous avons aujourd’hui sur le programme XiTi, 50 serveurs de calcul qui se répartissent automatiquement la charge à traiter. Les données retravaillées sont stockées sur 25 serveurs de bases de données, accédées au travers de 10 serveurs frontaux ASP. Les programmes de calcul tournent en flux tendu pour le calcul en temps réel, même si toutes les solutions XiTi n’en bénéficient pas encore dans leur interface. De nouveaux projets sollicitent un nombre important de serveurs, mais je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant.

W. H. : Où sont basés vos serveurs ?

M. L. : Bordeaux, Paris, Montréal, Madrid et nous en installons en ce moment en Asie.

W. H. : Quel est le nombre de personnes qui travaillent chez XiTi ?

M. L. : Nous sommes une centaine, 25 recrutements sont en cours.

W. H. : Quel est l’impact de Google Analytics chez Xiti ? Progression moins rapide que prévue ? Perte de clients importants ?

M. L. : Google Analytics nous a obligé à améliorer notre offre gratuite et notre offre d’entrée de gamme. Quelques clients qui avaient des difficultés financières se sont également tournés vers cette offre gratuite. Mais aucun client important n’a basculé jusqu’à présent chez Google Analytics. Le marché du webanalytics professionnel connaît une croissance très forte et nos clients sont toujours plus exigeants en termes de fonctionnalités, de services, d’accompagnement, de fiabilité et de confidentialités des données. L’enjeu pour nous est de satisfaire des clients toujours plus pointus, ces professionnels-là ne s’intéressent pas aux outils gratuits aux fonctionnalités limitées car ils ont besoin avant tout de garanties et d’accompagnement. En bref, sur notre cœur de métier (et de CA) nous ne sommes simplement pas concurrents. Toutefois, les solutions gratuites permettent d’initier les utilisateurs et jouent un rôle pédagogique. Grâce à sa très forte notoriété, Google Analytics éduque le marché, comme peut le faire XiTi Gratuit. Il permet de sensibiliser énormément de monde à l’analyse web. Nous avons ainsi pu voir arriver de nouveaux prospects qui avaient besoin de passer un cap après s’être initié avec Google Analytics.

W. H. : Est-il prévu une contre-attaque ? Un Xiti gratuit sans image et sans lien obligatoire ?

M. L. : Nous avons déjà fait évoluer notre logo en le rendant moins intrusif et plus personnalisable. Il est plus petit et les webmasters peuvent désormais en choisir la couleur pour l’adapter à leur site. Abandonner le logo et le lien est possible. Mais nous n’avons pas la notoriété et la puissance financière de Google, le logo reste donc pour nous un moyen important pour faire connaître notre société. Ceci dit, nous n’excluons pas de rendre le marqueur gratuit totalement invisible, même si la contre-attaque, pour reprendre vos termes, viendra plutôt de nouvelles fonctionnalités pour XiTi Gratuit. Il devrait y avoir quelques bonnes surprises d’ici quelques semaines.

W. H. : Quel est votre système de statistique ? Utilisez-vous votre propre système ?

M. L. : Oui, nous n’avons rien trouvé de mieux sur le marché, et pourtant je vous assure que nous avons bien cherché

W. H. : XitiMonitor fourni différentes études, entre autres : le baromètre des moteurs. Quelles est la fiabilité de ces statistiques ?

M. L. : Nous osons espérer que ces données sont parfaitement fiables. Nous nous interdisons de publier des données sur lesquelles nous aurions le moindre doute. Avec des centaines d’indicateurs mesurés depuis 8 ans sur des milliards de pages, je vous assure que nous avons des données plus que représentatives. Pour autant, nous ne nous contentons pas d’un volume important, nous précisons rigoureusement tous nos périmètres d’étude et détaillons les méthodologies suivies pour chaque publication. Ces études sont d’ailleurs reprises aujourd’hui par les plus grands médias internationaux (LeMonde, News.com, Times, ElMundo, LCI, Europe1, 01net, Cnet etc.).

W. H. : Sur le site XitiMonitor, il n’y a pas de nouveaux « Communiqués d’audience » depuis Juin 2007… Vos clients et les gestionnaires de site, en général, ont-ils une certaine réticence à montrer leurs statistiques de fréquentation ?

M. L. : Nous sommes en fait en train de réfléchir à un autre mode d’affichage des données clients, nous ne poussons pas vraiment cette rubrique. Ce type de publication isolée, ne nous paraît pas véritablement significatif. C’est un projet important et nous en discutons avec l’inter-profession.

W. H. : Google Analytics vs Xiti : quels sont les points forts et les points faibles de Xiti par rapport, notamment à Google Analytics ?

M. L. : Premièrement, XiTi n’est pas Google, c’est déjà un point fort pour beaucoup d’utilisateurs (et un point faible pour d’autres ). Pour beaucoup d’internautes un monde entièrement contrôlé, orienté et mesuré par l’armée des applications Google (moteur, adsense, desktop, earth, news, youtube, mobile, analytics, blogger etc. etc.) n’est pas vraiment souhaitable. Le problème est particulièrement frappant quand il s’agit de mesurer l’efficacité de Google Adwords ou Adsense, avec une autre solution Google… La force d’Internet est d’être un système ouvert, libre et contrôlé par ses utilisateurs, il serait dommageable qu’une entreprise y joue un rôle trop hégémonique. Ensuite s’il est délicat de se positionner ainsi face à un concurrent direct, nous estimons que les points forts de nos solutions face à Google Analytics sont :

  • L’analyse des sources : à notre grande surprise l’identification des moteurs est bien mieux faite par XiTi (GA identifiant souvent des Google.fr en « sites référants »). Le suivi des bases de reconnaissance est faite par nos équipes, inutile de mettre les mains dans le JavaScript du tag pour faire évoluer le système et classer correctement les sources
  • Liens sponsorisés : interface multi-plateformes et indicateurs de ClickFraud
  • Arborescence d’analyse jusqu’à 9 niveaux
  • Suivi détaillé des emailings avec intégration avec les solutions leader du marché, et plus globalement des API permettant de faire communiquer XiTi avec la majorité des outils de webmarketing du marché, ainsi qu’avec les datawarehouses des entreprises.
  • Module e-Commerce élaboré : possibilité de mettre à jour le CA et le ROI en fonction des commandes confirmées ou non, même hors ligne. Tag server-side compatible avec tous les systèmes de télépaiement.
  • Segmentation complète permettant de consulter toutes les analyses de l’interface pour chaque segment.
  • Interface multi-sites, avec groupes de sites
  • Droits d’accès à deux dimensions (par indicateur et par périmètre), nécessaires pour une exploitation optimale dès que le nombre d’utilisateurs devient important
  • Temps réel à la minute sur l’ensemble des indicateurs
  • ClickZone : nous sommes les seuls de notre catégorie à proposer un heatmap complet, et un overlay basé sur un zonage exploitable
  • Mesure exhaustive des sites mobiles
  • Mesure exhaustive des vidéos et de l’ensemble du rich média
  • Plusieurs systèmes de mesure adaptés à tous les besoins : TAG, redirections JS, redirections serveur, hits asynchrones, présence d’une chaine en paramètre d’URL, etc.
  • Exports paramétrables en PDF/Word.
  • XiTi Network et Intranet

… bon, je vais arrêter là parce que j’ai peur de perdre tous les lecteurs

Et surtout, ce qui est presque le plus important pour moi :

  • La fiabilité de la solution (il suffit de lire les conditions d’utilisations…)

Un service client extrêmement réactif qui aide et accompagne chaque utilisateur de XiTi qu’il soit utilisateur d’une version gratuite ou payante. Nous ne proposons pas uniquement une solution technique mais également la possibilité d’en tirer le meilleur.

W. H. : XiTi propose différents produits : XiTi free, XiTi PRO, XiTi ANALYZER, etc… quel est la part de chacun de ses produits ?

M. L. : Je ne suis pas certain de comprendre la question, mais si vous parlez en termes de chiffre d’affaires. XiTi Analyzer II, notre service haut de gamme, est en train de devenir notre principale ressource de revenus. Si on parle en nombre d’utilisateurs, forcément, XiTi free est loin devant. En termes de volume audité, la version payante et la version gratuite représentent des volumes identiques.

W. H. : Comment fonctionnent le ou les cookies gérés par Xiti ? Combien de temps durent-ils ?

M. L. : Les cookies XiTi durent 10 ans, mais cela ne signifie pas grand-chose puisqu’il dépend du bon vouloir de l’internaute. Ce cookie dépend donc avant tout de la durée de vie de l’OS installé, ou du PC, ou de la purge manuelle. En outre, il est important de savoir que les cookies XiTi sont totalement anonymes. Nous ne stockons qu’un identifiant qui nous permet de ne pas compter plusieurs fois un même visiteur, et d’effectuer des analyses de rémanence, notamment quand nous mesurons le ROI de campagnes marketings.

W. H. : Comment gérez-vous la démultiplication des sources dans le cadre du tracking de campagnes (par exemple un internaute qui arrive via l’affiliation sur le site, puis revient trois jours après via les liens sponsorisés et réalise un achat : a qui est attribué la vente ?)

M. L. : Justement via un cookie. Ensuite, pour l’attribution de ventes dans le cadre d’un système d’affiliation, c’est entièrement paramétrable. Chaque affilieur choisit sa règle d’attribution et les durées associées. Dans ce contexte XiTi fournit l’instrument, le client le paramètre à sa guise. Il faut d’ailleurs noter que XiTi est une des seules solutions à proposer ce paramétrage, en comparant la source dite « immédiate » de la source « rémanente », et en conservant les deux. C’est ce qui fait du module ROI de XiTi l’un des plus puissants, et des plus souples du marché. Le client est maitre de sa décision car il a une vision comparative complète de ses différents canaux d’acquisition d’audience.

W. H. : A part Google Analytics, quels sont les concurrents directs de Xiti ?

M. L. : Aujourd’hui nous avons principalement un concurrent sur notre version payante, Omniture, une société américaine (pour changer .

W. H. : Existe t-il un xiti ‘marque blanche’ ? Si ‘non’ : pourquoi ? Une évolution future ?

M. L. : Non. Peut-être dans le futur. Aujourd’hui les agences ou les clients qui utilisent XiTi recherchent aussi un tiers de confiance, une société crédible et reconnue. Dans ce contexte, elles veulent conserver la marque et la référence XiTi. Cela donne une crédibilité supplémentaire à leurs recommandations et à leurs analyses.

W. H. : Quelles sont les proportions de Xiti France et Xiti International ?

M. L. : Aujourd’hui XiTi France représente 80% de notre activité. Mais cela évolue rapidement, l’International représente une part de plus en plus importante, et devrait dépasser largement les 35% l’année prochaine.

W. H. : Vous avez des bureaux en Espagne et au Canada est-ce parce qu’il y a une forte clientèle dans ces pays, ou une stratégie ?

M. L. : Oui, il y a une clientèle importante en dehors de la France. Et pour nos clients français internationaux, il est important que nous ayons des relais techniques sur les trois continents. C’est pourquoi nous sommes notamment en train d’étoffer notre équipe canadienne et d’ouvrir des bureaux en Allemagne, en Italie et en Asie.

W. H. : Dans combien de pays avez-vous des clients ?

M. L. : Nous avons des clients dans une quinzaine de pays, la version gratuite étant utilisée dans à peu près dans tous les pays du monde.

W. H. : Quelles sont les évolutions futures de l’outil prévues pour 2008 ?

M. L. : J’ai le droit à combien de milliers de lignes ? Aujourd’hui nous avons une trentaine de nouveautés significatives d’ici la fin 2008, pour toutes les versions de XiTi. Ce sont principalement des analyses métiers. Mais la concurrence est rude, et nous préférons garder ce plan de développement… discret.

W. H. : Comment un statisticien voit-il le web dans 10 ans ? En termes de chiffres ? combien de sites ? combien de pages web, etc..

M. L. : Difficile de le dire, la grande force du Web est de ne pas avoir de centre, de ne pas être sous le contrôle d’un état, d’une organisation ou d’une entreprise. C’est un système autonome, multiple, construit pour et par ses utilisateurs. Donc même pour nous, il est impossible de parler de volumes globaux de l’internet. La question est passionnante et nous travaillons avec des universitaires pour essayer d’établir des tendances globales et sectorielles et des cartographies de l’Internet. C’est un chantier titanesque, mais il est passionnant.

W. H. : Est ce que XiTi restera centralisée sur les statistiques, ou est ce qu’à moyen ou long terme Xiti envisage-t-il d’exploiter un autre domaine ?

M. L. : Nous envisageons beaucoup de choses, peut-être trop. Plus sérieusement nous estimons avoir déjà dépassé les simples statistiques en offrant des solutions globales de pilotages de sites web et mobiles. Nous avons beaucoup de projets dans nos cartons, mais dans un secteur très concurrentiel où la rapidité et l’innovation sont cruciales, nous préférons être discrets…

W. H. : Que sera Xiti à l’ère du web 3.0 ?

M. L. : Surprise ! Mais sachez que XiTi a été le premier à mesurer les sites mobiles, les blogs, les vidéos et autre streaming live ou non, les comparateurs de prix, etc. XiTi consacre même un produit entier aux solutions blogs : XiTi Network. Notre équipe R&D est donc déjà sur les tendances du web 3.0, mais là aussi, nous essayons de rester discrets pour garder un peu d’avance.

W. H. : La question a laquelle vous ne pouvez pas échapper : La dernière faille trouvée a t elle eu un impact pour vous en matière d’image, ou de pertes des clients ?

M. L. : Oui, grâce à ce problème nous pouvons parler de nous dans ce forum ! C’est la seule conséquence et elle est donc positive. Comme je l’ai expliqué sur les 3 forums ayant relayé cet incident, le problème en question ne permettait pas d’obtenir des données exploitables car elles étaient décontextualisées et il a été résolu suffisamment vite pour que son impact soit totalement nul. Je crois que nous avons bâti une relation de confiance assez forte avec la communauté des webmasters depuis 8 ans pour qu’elle ne soit pas altérée par si peu.Je tiens d’ailleurs, pour finir, à remercier l’ensemble des utilisateurs de XiTi qui nous ont aidé à faire grandir notre solution depuis la première version de XiTi. Ils sont pour beaucoup dans la créativité et la réactivité de notre R&D. L’ergonomie de XiTi et la pertinence de ses analyses doivent énormément aux retours quotidiens que nous font les webmasters. Merci donc à tous pour votre confiance et votre aide.

W. H. : Merci Mathieu Llorens d’avoir répondu aux questions de nos membres. Une petite précision : C’est vrai que votre intervention a facilité le contact. Mais vous étiez déjà sur la liste des acteurs du web à interviewer. Cela n’a fait que vous faire remonter dans les priorités 😉

Vous pouvez réagir à cette interview sur ce post