Aller au contenu
slender

google et attribut NOFOLLOW

Noter ce sujet :

Recommended Posts

Selon matt Cutts, le calcul de la répartition de transmission de la popularité d'une page à travers un lien a été modifié.

Jusqu'à maintenant, si une page contenait trois liens dont 1 en NOFOLLOW, la transmission du rank se faisait à 50% sur les deux liens restants. Désormais, la transmission se fera en décomptant le rank perdu dans le NOFOLLOW, c'est à dire 0 pour le NOFOLLOW et seulement 33% pour chacun des deux autres liens. :thumbsdown:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La décision de Google n'est pas une mauvaise nouvelle pour ceux qui font des sites en pensant, avant tout, aux internautes. Pour moi, elle va rendre l'algo de Google plus pertinent.

Avant :

- PR des liens internes canalisés arbitrairement vers leurs pages préférées du webmaster aux dépens de celles qu'il veut masquer

- PR des liens externes en "nofollow" récupéré par les pages internes du site qui utilise le "nofollow"

Dans le nouveau traitement du PR des "nofollow" :

- PR des liens internes en "nofollow" perdu pour le site

- PR des liens externes en "nofollow" perdu pour tout le monde

Ceux qui faisaient du Pagerank sculpting au moyen de l'attribut "nofollow" étaient gagnants sur toutes la ligne: ils montraient à Google un contenu diffférent de ce qu'ils montraient aux internautes et ils en tiraient un bénéfice en terme de PR. Absurde !

Dans le nouveau système, ce bénéfice a disparu: si vous ne voulez pas soutenir, auprès des moteurs de recherche, un site vers lequel vous faites un lien, vous ne récupérez plus le PageRank de ce lien. Le "nofollow" ne favorise plus ceux qui l'utilisent. Peut-être va-t-il enfin être utilisé correctement, c'est-à-dire dans les cas rares où un webmaster veut montrer aux internautes un lien vers une page dont il désapprouve le contenu.

Jean-Luc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas d'accord. J'utilise les attributs nofollow pour éviter que certaines pages soient indexées alors qu'elles n'ont pas d'intérêt POUR GOOGLE. Je pense à la page de contact, les CGU. Ces pages sont utiles pour l'internaute, mais pas pour être indexée.

Ensuite les raisonnements sur le nofollow interne sont absurdes :

- Je vais enlever le nofollow sur les liens pointant vers les CGU, et définir les meta de cette page en "noindex,follow" pour récupérer le link juice que je devrais SOI DISANT perdre. Quel intérêt?

Soi disant parce que c'est bien la remière fois que Google fait quelque chose d'aussi illogique, donc je ne crois pas à l'ajout de cette règle simpliste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mouais... Je soupçonne fortement Matt Cutts de nous faire un coup d'intox sur le sujet, comme il en fait régulièrement. Objectif : faire disparaître une pratique qui les empêche d'utiliser un critère leur permettant de reconnaître des pages importantes à l'intérieur d'un site, parce que le critère est spammé. Matt lance ces campagnes quand Google a renoncé à trouver un autre critère, et quand l'équipe qualité jette l'éponge parce que la tâche permettant de distinguer les utilisations légitimes ou non d'une technique s'avère ingérable.

Le problème dans cette histoire, c'est que Matt Cutts prone de montrer la même structure de liens aux internautes et aux moteurs. Or son raisonnement semble reposer sur une hypothèse fausse dans la pratique. Pour des raisons d'ergonomie aujourd'hui, la plupart des sites placent beaucoup de liens sur leurs pages, la plupart de ces liens étant rarement cliqués, mais placés là au cas où. Je rappelle au passage que très souvent, les pages qui reçoivent le plus de liens sur un site sont les pages de type "mentions légales" ou "conditions générales" en raison des liens systématiques en footer. Or, sauf cas particulier, ces pages ne sont pas les plus importantes du site.

Ce qui signifie que dans beaucoup de cas, la hiérarchie des PR internes d'un site, pourvu que le site ait un certain nombre de pages, est très différente de la hiérarchie de l'importance des pages dans un site, qu'elle est censée mesurer. Le PR sculpting a pour objectif de corriger ce problème.

Je précise au passage que le PR sculpting cela marche vraiment bien dans certains cas : site avec un nombre suffisant de pages, et structure ergonomique éloignée de la structure idéale pour le moteur. Ce qui est bizarre c'est que les SEO qui comprennent cette technique sont très nombreux en Europe (en France et en Allemagne en particulier) et minoritaires aux USA et en Angleterre. Depuis un an, des tas de blogueurs américains, parmi les plus influents, ont posté des billets pour expliquer que le PR sculpting ne servait à rien et que cela ne marchait pas, en général en révélant indirectement leur grave ignorance sur le sujet.

En clair il y'a un terreau fertile pour faire prospérer le doute émis par Matt Cutts.

En l'état actuel des choses, je fais trois hypothèses :

- Matt veut faire disparaître une technique qui marche trop bien, et rétablir un équilibre entre ceux qui savent et les autres. Le changement d'algo dans ce cas est un écran de fumée, c'est juste de l'intox pour que les gens arrêtent de le faire. On ne tardera pas à savoir si l'algo change, c'est trop facile à vérifier.

- Le changement d'algo est plus profond que ça : la valeur du PR passée est pondérée par d'autres critères (emplacement dans la page et utilisation des infos données par la structure DOM par exemple). Dans ce cas, Matt à raison, cela ne servira plus à grand chose de se décarcasser pour faire du PR sculpting. Mais le problème c'est qu'il ne dit rien de tel

- Matt est dans une croisade un peu idéologique, dont il ne voit pas les conséquences à ce stade : parce que présenter des choses différentes aux moteurs et aux internautes, c'est mal, il faut donc arrêter de faire du PR sculpting. Je rappelle juste que les plus white hat des SEO sont quand même obligés de faire ce genre de chose quasi systématiquement parce que les algos sont pourris et qu'il faut bien aider les pages de certains sites à gagner la place qui leur revient au milieu des splogs, des scrapers sites et autres pages d'agrégateurs, sans compter les pages des partenaires des moteurs.

Bref, à suivre, mais je pense véritablement qu'il faut se méfier doublement :

- l'info ne me semble pas fiable à 100%. Il y'a autre chose derrière.

- prise au pied de la lettre, cela ne fait pas progresser la pertinence. Mais alors pas du tout. Donc ce n'est pas logique.

Maintenant, l'annonce de Matt Cutts signifie probablement une campagne de pénalités sur des critères qui seront précisés plus tard pour la fin de l'année. On va retrouver le schéma habituel lorsqu'ils tapent sur des critères qu'ils n'arrivent pas à défendre contre le spam : sensibilisation, annonce des nouvelles règles, sanctions pour l'exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux types de site vont beaucoup y perdre :

- Wikipedia, qui cite beaucoup de sources en nofollow

- Les blogs en général, et ceux avec beaucoup de commentaires en nofollow en particulier. La moitié des liens peut être en nofollow.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci dit que les commentaires dans blogs par exemple, attribués de "nofollow" font perdre le flux de PageRank transmis aux liens dofollow de cette page ? Il me paraît difficile d'accepter. On va tous supprimer les liens nofollow alors ?

Sur le fond, j'aime bien ce concept, le Web doit rester neutre dans son ensemble et puis je pense l'utilisation de nofollow est vraiment abitraire et trop sujective. Ce qui est genant est que le créateur du contenu ne peut pas decider la nature de son liens chez un héberger de contenu, genre blog, youtube ou dailymotion, social bookmark.... Anti-spam est bien, mais faut pas que ce minorite nuit la communauté entière.

J'étais fan de Google, mais des fois je pense que Google intervient trop dans le comportement et des habitudes o`u la frontière entre le bien et le mal est très délicate. Je pense que je vais faire mon site comme s'il existe pas Google et il n'y a que les standards Web W3C sur l'accessibilité et usabilité et surtout pour mes lecteurs.

D2J

Modifié par doubleje

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec Cariboo... mais pour des raisons moins techniques :

1. Matt Cutts a dit le contraire dans une vidéo très récente : le PR sculpting c'est du SEO avancé mais légitime

2. Matt Cutts est embarassé quand on lui demande de commenter sa déclaration. Une de ses réponses rapportée est "l'équipe PR préfère que je ne parles pas de ça".

Pour moi, ça ressemble à un recadrage du discours par une pression interne à Google.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il est bien de se méfier de ce que dit Matt Cutts, souvent. Pour ma part je n'ai pas encore fait de pagerank sculpting avancé, j'attends de voir vos conclusions avant d'y aller. Si ce que dit MC est vrai, pour ceux qui ont mis manuellement les tags nofollow ça va être chaud... Par contre si c'est géré par les CMS c'est ok.

Cela me fait rire d'entendre dire que les Européens s'en sortent plus avec le PR sculpting que les US, car cela tendrait à confirmer que les Européens sont mieux dans l'abstraction que les Américains, qui sont plus orientés pratique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cela tendrait à confirmer que les Européens sont mieux dans l'abstraction que les Américains, qui sont plus orientés pratique

Intéressant comme point de vue. :thumbsup:

J'ai constaté aussi que les américains étaient plus "marketeux" que "techniques", bref n'avaient pas fait les mêmes écoles. Qui plus est être obligé d'optimiser pour trois moteurs empêche d'aller très loin dans le niveau de technique. En France, on peut se concentrer à 100% sur l'algo de Google et les techniques les plus "pointues" ont du sens.

>Lionel

C'est intéressant ce que tu dis là sur le "no comment" de Matt Cutts. Il y'a donc bien un lièvre là dessous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rajouterai que ça fait des années que Google cherches à décourager toutes les techniques de manipulation sur les liens.

Je crois que ça montre bien le caractère central de ces critères dans l'algo... et leurs vulnérabilité au spam.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salutations à tous, je me permet de réagir à un petit message plus haut.

Wikipedia peut placer autant de lien en nofollow, cela ne devrait rien changer. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent de leurs liens, l'effet serait le même.

Wikipedia bénéficie d'un rare trustrank qui surpasse tout autre chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce sont deux paramètres différents, et wikipédia est moins visible depuis un an (date à laquelle le changement de prise en compte des nofollow a eu lieu selon Matt Cuts).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est étrange que Google ait soutenu le recours au nofollow, notamment pour les blogs, et que maintenant il fasse une mesure qui en rend l'usage plus difficile... D'une certaine manière, maintenant que le web sanctionne les spammeurs à travers l'usage du nofollow, Google dévoile la totalité de sa politique. À travers l'instauration du nofollow quelques années plus tôt, Google a utilisé les webmasters pour éliminer les liens les moins légitimes.

Mais objectivement, quel intérêt un webmaster a-t-il à mettre des nofollow ? Plus aucun.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+1 avec Théo B.

J'ajoute seulement que c'est un cas d'école pour démontrer comment Google domine le Web et manipule les webmasters.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne suis pas d'accord. J'utilise les attributs nofollow pour éviter que certaines pages soient indexées alors qu'elles n'ont pas d'intérêt POUR GOOGLE. Je pense à la page de contact, les CGU. Ces pages sont utiles pour l'internaute, mais pas pour être indexée.

Hum, je ne suis pas sûr qu'on puisse prédire ou décider ce qui est ou non intéressant pour Google. Ce serait dire que ton avis prévaut quoiqu'il arrive et en toute circonstance sur celui d'une foule de personnes et contraire à la définition même de la pertinence. Par exemple, si un internaute fait un requête pour chercher les CGU de l'opérateur orange, c'est bien qu'il les trouve, et qu'il les trouve sur le site d'Orange, et pas dans ce post...

Ex: CGU orange

(Voyons d'ici quelques jours si ce post parviens à se placer avant le site d'orange !)

Mona.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
éliminer les liens les moins légitimes.

Mais objectivement, quel intérêt un webmaster a-t-il à mettre des nofollow ? Plus aucun.

si, quand tu n'es pas sur d'un lien (genre commentaires d'un blog), tu mets un nofollow. Ca évite que ton site ne soit pénalisé par un mauvais lien sortant. Le nofollow ne devrait servir qu'à ça et non à faire un bricolage de simili calcul de transmission de pr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+1 pour Mona.

si, quand tu n'es pas sur d'un lien (genre commentaires d'un blog), tu mets un nofollow. Ca évite que ton site ne soit pénalisé par un mauvais lien sortant. Le nofollow ne devrait servir qu'à ça et non à faire un bricolage de simili calcul de transmission de pr
Même pour les liens "genre commentaires d'un blog", le nofollow me choque. Je trouve qu'il est souhaitable que le webmaster qui ne fait pas le ménage de ses liens soit pénalisé, que ce soit pour des liens dans les commentaires ou ailleurs.

Jean-Luc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis également d'accord : il vaut mieux des liens suivis (pour récompenser les commentateurs, qui génèrent du contenu sur le site, ou tout simplement parce qu'ils sont pertinents), que l'inverse.

Pour compenser les "mauvais liens", une modération efficace est bien meilleure (Tiens ? Comme sur le Hub !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il semble vraiment que le concept du nofollow est allé trop loin. Censé combattre le spam, il s'est transformé en tout et n'importe quoi, mais surtout s'utilise de manière abusive par les radins du backlink en tout genre (Wikipedia et Le Monde en tête de liste).

Un peu comme pour le PageRank, Google s'est lancé dans la promotion d'un truc qui lui a ensuite "pété dans l'algo" si je puis m'exprimer ainsi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh oui...

Concernant Wikipedia, je connais plusieurs webmasters qui font systématiquement des liens en nofollow quand ils font un lien vers un article de Wikipedia, car ils jugent qu'il n'y a pas de raison que le jeu des backlinks soit joué à sens unique :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais même plus loin car suite à cette attitude honteuse de la part de Wikipedia, je fais tout mon possible pour trouver des sources alternatives à poster si j'en ai l'ocasion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

As-tu des exemples de sources alternatives, type encyclopédiques, que tu utilises et qui pourraient être utiles aux lecteurs du hub ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut pas seulement rechercher le coupable (Wikipedia), mais surtout l'instigateur du crime: Google, Yahoo et Bing/Live/MSN qui ont décidé d'introduire rel="nofollow".

Alors quand commence-t-on le boycott ? :whistling:

Jean-Luc :shutup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×
×
  • Créer...