Accessibilité et référencement

L’accessibilité, la sémantique, et les standards du web sont des thématiques émergentes parmi les webmasters. D’abord le fait d’une poignée de militants, le respect des normes du W3C et l’accessibilité web commencent à toucher les entreprises les plus importantes, à l’image par exemple de Chevrolet qui vient récemment de re-designer son site.

Qu’est ce l’accessibilité ?

L’accessibilité d’un site web peut se définir comme la possibilité pour le plus grand nombre d’accéder à un contenu quelque soit l’équipement, la technologie utilisée et les handicaps éventuels. Il ne s’agit donc pas de rendre un site accessible aux seuls handicapés, mais de faciliter l’accès au contenu pour TOUS les visiteurs, y compris les moteurs de recherche.

Quelle relation entre référencement et accessibilité ?

Attention : le simple respect technique des standards édicté par le W3C ne garantit aucunement un bon positionnement dans les moteurs de recherche. Votre site peut très bien passer avec succès toutes les validations, sans contenu textuel suffisant et riche en mots clés, il y a peu de chance qu’il soit premier dans Google.

En fait le véritable bénéfice de l’accessibilité en terme de référencement est de lever tous les obstacles à l’indexation et de proposer un contenu textuel sémantiquement correct, et donc naturellement optimisé.

On veillera donc en particulier à respecter les recommandations suivantes issues des « Web Content Accessibility Guidelines » du W3C :

- Utiliser les technologies du W3C, html ou xhtml avec un code conforme, ou du moins le plus conforme possible.
Mettre en forme les polices, backgrounds, décorations… à l’aide de feuilles de style (CSS). Abandonner les balises <font> dépréciées. Le code n’en sera que plus léger et l’indexation du contenu facilitée.
Utiliser les balises selon leur sens sémantique : <h1> à <h6> pour les titres, <p> pour les paragraphes, <ul> pour les listes telles que les menus,<strong> pour accentuer un mot.

Autant que possible, utiliser du texte mis en forme via CSS plutôt que des images. Sinon, utiliser l’attribut « alt » pour fournir un contenu textuel alternatif, les moteurs ne sachant pas lire les images.
- Ajouter systématiquement des attributs « alt » à toutes les images porteuses de sens (texte alternatif décrivant l’image).
- Faire des liens explicites, c’est-à-dire décrivant le contenu lié, en utilisant le cas échéant l’attribut « title ». Par exemple, au lieu d’un lien « Cliquez ici », préférer « Découvrir notre produit xxx », les mots utilisés dans les liens ayant une influence sur le positionnement.
- Utiliser des titres et balises métas indiquant le contenu pour chaque page du site : le positionnement dépend en partie de ces données.
- Faire un plan du site, qui aidera les moteurs à indexer le site et a redistribuer le PageRank.
- S’assurer que les pages sont lisibles quand les scripts et « artefacts programmables » (lire Flash) sont désactivés. Dans la pratique, éviter les menus en Javascript ou en Flash que les moteurs ne peuvent parcourir, ou prévoir une alternative : , ,
- Prévoir un contenu alternatif quand on utilise une technologie non standard. Par exemple, une version html de document Adobe Acrobat ou Flash. (Bien que les moteurs fassent des progrès dans l’indexation de ce type de fichiers).
- Eviter les redirections coté client, leur préférer les redirections coté serveur. Ainsi il est préférable d’utiliser une redirection 301 ou 302 que les moteurs suivent, qu’une redirection Javascript que les moteurs ne savent pas interpréter.En savoir plus sur l’accessibilité web

Pour aller plus loin, une sélection de liens sur l’accessibilité et les standards du web :

La traduction francaise des Web Content Accessibility Guidelines.

Plongez dans l’accessibilité

Introduction à l’accessibilité

La rubrique accessibilité du forum Webmaster Hub

Article initialement publié par Sumhit Référencement.